Blog, images, frontières, migrations

Quand le contrôle prend le masque du secours - I

31 octobre 2009 par Laetitia

el-pais-22 août et 26 août

Légende de la photographie publié le 22 août (à gauche) Des membres de la Garde Civile et de la Croix Rouge s’occupent d’une immigrée dans le port de Motril (1)
Légende de la photographie publié le 26 août (à droite) La Croix Rouge s’occupe de l’un des 6 sans papiers arrivés hier à Estepona (Malaga) (2)

Les migrants rejoignant les côtes espagnoles à partir de l’Afrique du Nord empruntent d’avantage les zodiacs l’été, la mer étant moins agitée. Le quotidien espagnol El Pais a consacré de nombreux articles à l’arrivée des pateras sur le territoire espagnol, que ce soit sur la péninsule, les enclaves de Ceuta et Melillla ou les îles Canaries, au départ des côtes marocaines, algériennes ou mauritaniennes.

Le 22 août, une photographie accompagnant l’article 208 immigrés arrivent sur la côte, la plus grande vague de pateras de l’été (3) présente une femme enveloppée dans une couverture rouge et entourée par deux agents en tenue, la légende précise qu’il s’agit de membres de la Garde Civile et de la Croix Rouge. On devine qu’elle sort d’un bateau, lui aussi affecté au secours (couleur orange). Le 26 août, la photographie associée à l’article 34 sans papiers interceptés en essayant de rejoindre la côte (4) reprend une scène similaire. Un homme, dans la même couverture rouge est encadré lui aussi par deux personnes, dont l’une est identifiable comme un membre de la croix rouge (présence du logo). Dans ces deux images, les migrants (puisqu’il s’agit de migrants) sont guidés, on leur montre le chemin à suivre en leur empoignant le bras. Le geste du personnel encadrant souligne la proximité et l’attention avec laquelle les migrants sont traités, les autorités ne sont pas prises au dépourvu dans la gestion de la situation. Cette proximité est toute fois contredite par la distance imposée par le port du masque et des gants.

Répétitions

Ces deux images ne sont pas isolées. Entre le 1er et le 31 août 2009, sur la trentaine d’articles traitant de l’arrivée des migrants en patera, 13 photographies ont été diffusées et associées à un article sur le site d’El Pais et/ou dans la version imprimée du journal ainsi qu’une vidéo (21 août). A noter que ce nombre inclus une image visuellement similaire – un volontaire assis devant un migrant allongé sur un brancard – mais faisant référence à la dérive de migrants vers l’île italienne de Lampedusa (le moteur de recherche d’El Pais donne cet article lorsqu’on fait une recherche avec le mot-clé patera). Si le migrant n’est pas toujours présent dans les images, les signes du secours sont en revanche visibles sur toutes les images, à l’exception d’une photographie de deux barques vides emmenées par un camion (22 août).

Ces signes sont multiples : ils se traduisent par un geste qui soutient ou bien une main qui guide (sur 10 photos), un brancard (sur 4 photos), l’omniprésence des couvertures rouges (sur 7 photos), le logo ou un agent de la croix rouge (sur 7 photos), les gilets de survie (sur 9 photos)… Les titres et légendes insistent également sur les soins prodigués Les trois [immigrés] ayant été hospitalisés ont reçu l’autorisation de sortie / Un immigré est soigné par les services sanitaires. (sous titre et légende du 28 août cf. note 5), La Croix Rouge s’occupe de l’un des 6 sans papiers arrivés hier à Estepona (Malaga) (légende de l’image du 26 août cf. note 6), Les 6 immigrés dont l’embarcation a été localisée devant les côtes de Malaga sont soignés par le personnel de la Croix Rouge et de la Protection Civile (légende de l’image du 25 août cf. note 7), Des membres de la Garde Civile et de la Croix Rouge s’occupent de l’un des 35 immigrés subsahariens (11 femmes et 24 hommes) arrivés à l’aube dans le port de Motril à Grenade (légende de l’image du 21 août cf. note 8). Ces informations textuelles ont largement recours au vocabulaire du secours et du soin : on parle de atender a los migrantes (soigner les migrants) et l’usage des mots rescate et rescatados (sauvetage / secourus) est récurent, insistant sur lamise en en danger et d’avoir été sorti de cette situation périlleuse par un tiers : 35 occupants d’une patera sauvés à Motril (titre pour la vidéo du 21 août cf. note 9).

Dans la suite des micro-événements qui s’enchaînent lors de l’arrivée d’un zodiac, on constate qu’un même moment est choisi : celui où les migrants sont secourus. Le contenu de l’article décrit à la fois les soins reçus, l’état de santé des migrants, les conditions de leur interpellation en mer et ce qui va s’en suivre : processus d’expulsion et centre d’internements. Dans les dépêches non accompagnées d’une iconographie (16 articles), les démarches administratives et les interpellations sont évoqués de manière plus large. Quant au récit visuel, il se concentre uniquement sur les soins. Une seule image – d’ailleurs associée à une très brève dépêche - est plus ambiguë et fait davantage appel au registre de l’arrestation qu’au sauvetage : un enfant, pied nu et vêtu d’un maillot, visage flouté, est entouré de deux policiers, l’un le maintenant par le bras (El Pais, 19 août). Cette répétition, donne le sentiment de voir la même image, déclinée à l’infini et produit un discours clair et univoque.

El Pais, 19/08/09

El Pais, 19 août 2009, légende publiée : Membre de la patera intercepté à Almeria

Confusion des rôles - construction d’un discours sur le dispositif frontalier

Dans le dispositif frontalier, les rôles se confondent. Dans ces images, Guardia civil, Salvamento maritimo, Protección civil et Croix Rouge sont côte à côte dans l’attention prodiguée aux migrants à leur arrivée ou lors de leur interpellation en mer. Les signes - visuels- de la croix rouge affublent le dispositif frontalier – de contrôle - d’une caution humanitaire, la fonction initiale des autorités - de contrôle - est éclipsée au profit d’une fonction de secours. Ainsi, le récit visuel opère un renversement des rôles : le dispositif de contrôle qui met en danger les migrants en repoussant les migrants vers des routes toujours plus longues et périlleuses (cet été, El Pais remarquait l’arrivée de pateras vers Alicante, bien plus éloignée que Tarifa, Algésiras ou les Canaries depuis les côtes marocaines) devient le dispositif qui extrait du danger : le contrôle s’est converti en secours humanitaire. Et c’est ainsi que Antonio Camacho, secrétaire d’état à la sécurité, défend, à propos du SIVE (Sistema Integral de Vigilancia Exterior), le rôle extrêmement important de ce système et sa fonction humanitaire (17 juillet). Le dispositif d’interpellation peut se draper d’un visage humain à l’image de l’attention bienveillante du visage souriant d’un agent auprès d’un enfant et de sa mère (du moins que l’on suppose être sa mère).

Les représentations produites par ce discours, se résument à une équation binaire, distribuant deux rôles indépassables : l’assisté et celui qui assiste. Le contrôle est évacué de l’image, on lui substitue un geste d’accueil. L’imaginaire humanitaire est convoqué pour faire passer un discours politique. In fine, l’utilisation de ce geste tient lieu de propagande officielle et présente la mise en scène d’une gestion des flux migratoires avec humanité selon les formules consacrées.

2009-07-03_enfant-guardia-foto1

El Pais, 3 juillet 2009, légende publiée : Un des enfants arrivés dans la patera sourit à un garde civil à travers la fenêtre de la voiture dans laquelle il a été transféré.

Notes / textes originaux

1. Miembros de la Guardia Civil y Cruz Roja atienden a una inmigrante en el puerto de Motril
2. Cruz Roja atiende a uno de los seis sin papeles llegados ayer a Estepona (Málaga)
3. 208 inmigrantes llegan a la costa en la mayor oleada de pateras del verano
4. Interceptados 34 ’sin papeles’ al tratar de alcanzar la costa
5. Los tres que habían sido hospitalizados ya han recibido el alta / Un inmigrante es atendido por los servicios sanitarios.
6. Cruz Roja atiende a uno de los seis sin papeles llegados ayer a Estepona (Málaga)
7. Los seis inmigrantes cuya embarcación ha sido localizada frente a las costas de Málaga son atendidos por personal de Cruz Roja y de Protección Civil
8. Miembros de la Guardia Civil y de la Cruz Roja atienden a uno de los 35 inmigrantes subsaharianos, (11 mujeres y 24 hombres) que han llegado esta madrugada al puerto de Motril en Granada
9. Rescatados 35 ocupantes de una patera en Motril
10. Frente a las voces críticas que denuncian averías en los radares y un déficit de personal, defendió el “importantísimo” papel de este sistema y su “función humanitaria”.

  • french

Publié dans Blog, images, frontières, migrations

3 commentaires

  1. Audrey

    Bravo miss!! Sacré lancement de blog!

  2. gabyd

    maybe interests you

    http://culturalstudiesatntu.blogspot.com/2009/11/diasporas-migration-and-media-crossing.html

    kiss
    gd

  3. bravo.figueira.jose.manul

    Je.suis.espagnol.et.je.ne.pe.pas.financierment.rentres.ches.mois..qre.fait.le.gouvernement.espagnol.pour.c.est.sugets.?financiermet.au.retour.au.pais
    ?

    O

Laisser un commentaire

Veuillez noter : L'approbation de votre commentaire peu prendre un moment. Il n'est pas utile de le soumettre à nouveau.